25.12.12

Le collectif au Viala en Lozère.

Création de petites formes,1-16 Décembre, Viala, Lozère.


 

 Suite à l'invitation de Baptiste et Claire de la compagnie L'hiver Nu, 5 membres du collectif( Antonin, Laetitia, Cécile, Pierre et Juliette) se sont retrouvés à Viala, en Lozère sur le site de la compagnie pour créer en 2 semaines ( du 1er au 16 Décembre) des petites formes présentés à un public sous la forme d'une déambulation.



Voici à suivre le petit comptre rendu de Juliette qui à participé à cette création:




Nous sommes tous arrivés le Samedi 1er, par différents moyens (à cheval, en trottinette etc...) jusqu'à tard le soir pour les covoitureurs (Antonin et Cécile) Nous avons été accueilli dans le petit gite avec cheminée, loué pour nous, à 100 m du lieu de fabrique et d'habitation de Claire et Baptiste. le lieu est magique, c'est beau! comme dira Antonin très souvent. Le Viala est un tout petit hameau de 7 habitants (2 familles) et de nombreux animaux.





Protocole:

Avec Claire nous avions choisi de travailler sur de la poésie.
Claire a choisi des textes de Fernando Pessoa que nous avons reçu par mail la semaine précédent le projet.
Une fois sur place,nous avons procédé au tirage au sort des groupes et des textes, puis nous avons tous choisi un lieu, et nous sommes partis sur une contrainte de matériau : le papier. Sachant que nous avions un peu moins de 15 jours pour créer des formes de 10 minutes présentés le 15 décembre à 19 h Petites  formes qui seraient jouées 3 fois de suite pour des groupes d'une quinzaine de personnes.

Précisions:

Les textes sont extraits des Grandes Odes ou de Autour des Grandes Odes .
Claire n'aura pas le temps de faire parti de la création, elle veut faire juste un enregistrement à partir du texte "Le gardeur de Troupeau".
Baptiste lui, continuera de bosser sur leur maison en chantier, et bricolera avec des comédiens  venus filer un coup de main sur les batiments qui accueillerons dès janvier une résidence de création de 3 mois pour 20 comédiens. 



Lieux:

Il y a plusieurs locaux: une grande salle (salle de spectacle), 3 caves contiguës, un bureau, un grand foyer-bar, un grenier-salle costume au dessus, des champs et des montagnes à perte de vue...



Tirage au sort:

Après visite des lieux, Claire nous retrouve en début d'après midi (dimanche) et nous procédons au tirage au sort des groupes et des textes:
Cécile et Pierre se retrouve avec un texte intitulé "Le passage des heures".
Laetitia et Juliette avec  "Les valises Faites".  
Antonin avec  "Voyage au creux de l'ombre".



Début du travail:

Le lendemain, nous commençons à travailler, lire les textes, rêver, sortir les idées, choisir les lieux,  s'installer un endroit de construction dans la grande salle. Rien n'est vraiment chauffé, un gros poêle dans la salle de spectacle nous réchauffera régulièrement, et ensuite des chauffages d'appoint seront installés dans nos lieux.

Pierre et Cécile se retrouveront dans une cave voutée qu'il faudra un peu vider, et utiliserons des objets et matériaux déjà sur place, en plus de constructions faites par Cécile (une grande tête grillagée et papier froissé, une grande main articulée, des petits personnages, une lampe de poche tenu par un petit personnage, des petites maisons de papier faites avec des pages de vieux livres...... Ils enregisteront la voix de pierre en faisant un gros coupage dans le texte, Pierre jouera de la basse en direct, Cécile nous fera voyager par la lumière.... 
 
extrait de leur début de texte:
"Sentir tout de toutes les manières,
Vivre tout de tous les côtés,
Être la même chose de toues les façons possibles en même temps,
Réaliser en soi toute l'humanité de tous les moments
En un seul moment diffus, profus, total et lointain."

 







Laetitia et Moi commençons par faire nos recherches dans la grande salle, près du poêle, nous avons beaucoup d'envies d'images d'ombres en mouvement, de la peinture en direct, nous choisissons un espace mur blanc, plafond blanc vouté dans la salle au dessus du foyer. Nous commençons à construire ensemble des personnages en fil de fer, et le décor d'un bateau et d'un quai . Nous enregistrons la voix de Laetitia avant qu'elle ne parte, mais au final, j'apprendrais le texte et n'en dira que la moitié.  Je me suis fais plaisir et c'était chouette de commencer à créer avec Laeti.

extrait:
"L'amertume joyeuse du départ,
La saveur spéciale à goût de début de voyage en mer, le mélange avec nos sens
De l'odeur des bagages, de l'odeur de navire, de l'odeur de la cuisine du bord,
Et notre âme est un composé confus d'odeur et de saveurs
Et tout est le voyage indéfini que nous ferons vu à travers le goût et l'odorat,
Tour est l'incertitude sensuelle de la vie sentie tout au long de la moelle épinière..."




Antonin, dessine, ce qu'il voit ligne après ligne dans son texte, choisi comme lieu le bureau qu' il  recouvrira de papier (journal non imprimé) ainsi que tous les meubles, il installera un projecteur dans le foyer en face qui renverra le dessin d'une fenêtre en lumière sur son mur à jardin, ainsi que deux autres petites lampes rouges. l'atmosphère est  au monde intérieur d'avant la naissance...    Il construit deux marionnettes de la même personne, un enfant et un foetus en papier. 
Il dira le texte lui même, en pleine lumière, en adresse  public.



Les QUATRAINS !
Nous avons envie de faire une forme collective plus légère,  voir burlesque. Nous  travaillons le soir, pour  mettre en scène ces quatrains:
exemple:
"J'allais à pied jusqu'au verger,
J'y allais lorsque je le vis
Mais pas du tout pour y aller :
Pour ne pas demeurer ici."

Pierre propose l'idée d'utiliser des tableaux connus, et nous fonçons dans cette proposition. nous imaginons des tableaux, des scènes pour chaque quatrains. Nous finirons en castelet avec des personnages de tableau connus, (La Joconde, les danseuses de Degas, la mort, la tour de Babel, des personnages de Van Eyck etc...,) nous choisissons  des images sur internet et à la bibliothèque de Mende, sélection, impression, début des collages sur carton, découpages, fixation des tringles. on improvise, on se marre,  mais on a nos petites formes à répéter , il ne faudrait pas tout faire à moitié, et puis on continue, improvisation,  et écriture en une matinée,  on se dit que ça serait chouette des nuages pour le paradis, et des flammes pour quand les personnages tombe dans l'enfer....
Beber (ah oui j'ai oublié de vous dire il y avait un super technicien embauché pour 2 jour, qui s'est éclaté à peaufiner avec nous notre petit univers de castelet et assurer toute la technique) donc Beber nous a fait des superbes lumières. Au final, Juliette lit les quatrains derrière un Pupitre, à cour, Pierre envoie les jingles qu'il avait fait à l'origine pour les Nadines, depuis un pupitre à Jardin, Cécile et Antonin manipulent les silhouettes en castelet.
Pierre fait regard extérieur,  1 filage où on cale tout,et c'est bon!

 

 
















Et puis le public est arrivé!
Et tout s'est bien passé!
Très vite, tout à été!
Ce fut une bien belle soirée! 
De bonne humeur,  de rires et de convivialité!


Et pour conclure:
C'était formidable de se retrouver dans cet endroit incroyable pour créer des formes en tout petit groupe! Nous sommes très heureux de cette belle aventure hivernale! et le rendu était vraiment beau!
Merci Claire, merci Baptiste!
Juliette

Aucun commentaire:

Publier un commentaire